Lectures (Janvier 2018)

C’est décidé, je recommence à lire. Cela fait des années que je ne lis plus et je ne sais vraiment pas pourquoi car pourtant j’adore ça (bizarre mon comportement parfois). Donc c’est reparti, par ici les livres.

Programme (léger) de janvier:

lectures janvier 2018

ps: Ne comptez pas sur moi pour vous faire des fiches de lecture, hein! Faut pas déconner.

Allez tous vous faire enculer (Mathieu Madénian)Allez tous vous faire enculer ! (Mathieu Madénian)

Celui-là je l’ai reçu de quelqu’un qui connaît mon goût pour la provoc. Évidemment c’était bien vu: un titre pareil agit sur moi comme un aimant. Mais gardez vos sous car il n’y a vraiment que le titre qui est bien (et 12,95€ ça fait cher le titre…).

J'adore la mode mais c'est tout ce que je déteste (Loïc Prigent) J’adore la mode mais c’est tout ce que je déteste (Loïc Prigent)

Il était exposé en rayon ; je ne rate pas une rediffusion des reportages de Loïc Prigent (que j’adore et que je trouve unique), en plus la couverture est sympa… j’achète. Mais franchement bof. Vraiment le bête cadeau que t’offre à une cousine éloignée quand il te reste zéro inspiration. Une tonne de citations qui se suivent à la queue leu leu et qui tombent complètement à plat. Même genre que le bouquin de Madénian, faut croire que ‘c’est la mode des collections de citations’.

Désespérant cette manie de vouloir toujours tout exploiter jusqu’à la moelle. En plus ici, à la fin du livre, tu reçois des autocollants:

autocollants Loïc Prigent

Non mais t’es sérieux dis? des autocollants???

Loïc Prigent, je t’en supplie, change d’agent ou fais quelque chose mais arrête tout de suite ces conneries, tu vas écoeurer les gens qui t’aiment vraiment. Ce serait dommage tu as tellement de talent!

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme (Stefan Zweig) Vingt-quatre heures de la vie d’une femme (Stefan Zweig)

Ben pas de surprise, du Zweig quoi: magnifique, profond, brillant. D’ailleurs c’est décidé,  je relis tout Zweig.

Ps: Je l’ai prêté à un ami qui n’a pas du tout aimé. Ah bon, c’est possible de ne pas du tout aimer Zweig? Je n’ai pas compris son semblant d’explication donc, par curiosité, j’ai demandé à Google « critique négative / avis négatif / qui n’aime pas Stefan Zweig…? ». Résultat: rien! Je vais donc inviter mon ami à nous expliquer cela calmement ; je vous tiendrai au courant. (Moi je crois surtout qu’il ne l’a pas lu, mais ça je vais le garder pour moi).

Médor (magazine belge)Médor (Magazine)

Alors ça c’est la bonne nouvelle. Je l’ai acheté par hasard, au magasin bio ; il traînait sur un présentoir parmi les publicités de producteurs locaux… et la couverture (très réussie) a fait son effet.

C’est un trimestriel belge (déjà ça me plaît) d’enquêtes et de récits (c’est encore mieux) et qui se présente comme « Médor, votre magazine coopératif indépendant » (là ça m’intéresse vraiment).

Je ne suis pas 100% emballée par le style de chacun des auteurs, mais je rachèterai pour les encourager, les soutenir et les motiver. C’est pas donné: 17€, mais ça ne me dérange pas de payer quand je sais pourquoi.

Ps: leur site vaut le coup d’oeil et c’est vrai « qu’il a une gueule différente » ce Médor. En plus, tout est en open source!

Le flair du chien (Joseph Ortega)Le flair du Chien (Joseph Ortega)

Les ouvrages spécialisés, c’est ce que je préfère. Pour ceux que cela intéresse (s’il y en a), j’ai rédigé un article sur le livre dans la rubrique Raconte-moi tes chiens.


La suite le mois prochain.

Au programme de février (déjà plus chargé):

lectures février 2018

Rendez-vous à la fin du mois pour en discuter.