L’Arbre de ma mère

Ma mère est morte il y a un an pile. On avait une relation très compliquée mais peu importe (je vous raconterai cela une autre fois).

J’ai voulu conserver quelque chose d’elle, mais l’idée d’un bibelot mortuaire me faisait horreur. J’ai donc réfléchi à ce qui pouvait se prêter à pareil symbole et j’ai décrété que ce serait un arbre.

Un arbre qui restera en pot et que je ne planterai pas, pour pouvoir le transporter lors de mes innombrables déménagements, mais aussi parce que je n’ai pas forcément toujours envie de voir ma mère à la fenêtre.

Ce qui est amusant c’est que, sans le savoir, à la pépinière mon choix s’est porté sur un pin sylvestre. Alors comment vous dire? C’est un arbre du plus bel effet… mais de loin! Ne le touchez pas car il pique comme une épine et il vous laisse une résine tenace qui ne part qu’avec du savon. Tiens, tiens…

Et amusant aussi que mon choix se soit porté sur un arbre dont les feuilles s’appellent « aiguilles » et qu’en plus, ce soit une espèce persistante (càd qui ne perd pas ses feuilles à l’automne, ni à un autre moment d’ailleurs: qui ne perd jamais ses aiguilles). Tiens…

Sinon c’est un arbre magnifique.

Amusant, l’inconscient, n’est-ce-pas?

larbre-de-ma-mc3a8re3.jpg